Divulgation des risques

A. Facteurs de risque de l’émetteur

  1. PSS en tant qu’émetteur ou contrepartie ISi PSS est l’émetteur ou la contrepartie des instruments financiers concernés, un investissement dans l’un de ces instruments financiers comporte le risque que PSS ne soit pas en mesure de remplir ses obligations en vertu des instruments financiers pertinents à la date d’échéance correspondante. Pour évaluer le risque, les investisseurs potentiels doivent examiner toutes les informations fournies dans les documents d’offre concernant les instruments financiers concernés et consulter leurs propres conseillers professionnels s’ils le jugent nécessaire.Le risque lié à la capacité de PSS de s’acquitter de ses obligations à cet égard. Les instruments financiers sont décrits par référence aux notes de crédit attribuées par des agences de notation indépendantes. Une note ne constitue pas une recommandation d’acheter, de vendre ou de conserver des instruments financiers et peut être suspendue, réduite ou retirée à tout moment par l’agence de notation. Une suspension, une réduction ou le retrait de toute notation attribuée peut avoir une incidence défavorable sur le cours de marché de certains instruments financiers lorsque PSS est l’émetteur.Évaluation des obligations subordonnées Tout instrument financier qui est une obligation subordonnée de PSS peut recevoir une note inférieure à celles énoncées ci-dessus car: en cas d’insolvabilité ou de liquidation de PSS, les créances résultant de ces obligations sont subordonnées aux créances des créanciers de PSS qui ne le sont pas également. La valeur des instruments financiers lorsque PSS est l’émetteur ou que la contrepartie est susceptible d’être affectée , en partie, par l’évaluation générale par les investisseurs de la solvabilité de PSS. Toute réduction de la solvabilité de PSS pourrait entraîner une réduction de la valeur de ces instruments financiers. Si une procédure de faillite est introduite à l’égard de PSS, le retour à un porteur ou à une partie de cet instrument financier peut être limité et toute récupération sera probablement considérablement retardée.
  1. Tiers en tant qu’émetteur ou contrepartie
    Lorsqu’une tierce partie est l’émetteur ou la contrepartie des instruments financiers concernés, un investissement dans l’un de ces instruments financiers comporte le risque que la tierce partie concernée ne soit pas en mesure de s’acquitter de ses obligations en vertu des instruments financiers pertinents à toute date d’échéance. Pour évaluer le risque, les investisseurs potentiels doivent examiner toutes les informations fournies dans les documents d’offre concernant les Instruments financiers concernés et consulter leurs propres conseillers s’ils le jugent nécessaire. PSS n’assume aucune obligation ni responsabilité à l’égard de tiers et ne fait aucune déclaration, garantie ou autre garantie quant à la capacité ou à la capacité de ce tiers de s’acquitter de son obligation à l’égard des instruments financiers émis par elle.Si le les obligations de la tierce partie sont subordonnées, les mêmes considérations que celles décrites ci-dessus à la rubrique «Notation des obligations subordonnées» s’appliquent.La valeur des instruments financiers lorsqu’un tiers est l’émetteur ou que la contrepartie est susceptible d’être affectée, en partie, par les investisseurs. ‘évaluation générale de la solvabilité de la tierce partie. Toute réduction de la solvabilité de la tierce partie pourrait entraîner une réduction de la valeur de ces instruments financiers. Si une procédure de faillite est engagée à l’égard de la tierce partie, le retour à un porteur ou à une partie de cet instrument financier peut être limité et tout recouvrement risque d’être considérablement retardé.

B. Facteurs de risque généraux liés aux instruments financiers

  1. Aucun paiement ou livraison jusqu’au règlement
    Les investisseurs potentiels doivent noter que, dans le cas où aucun instrument financier, sous forme de titres ou négociable d’une autre manière, ne doit être versé pendant la durée d’un instrument financier, il doit être réalisé sur le marché secondaire. être le seul rendement potentiellement disponible pour l’investisseur avant le règlement de ces instruments financiers. Toutefois, les investisseurs doivent prendre note des facteurs de risque décrits sous les rubriques «Valeur de marché» et «Les instruments financiers peuvent être illiquides», décrits sous la rubrique «D. Facteurs de marché »ci-dessous à cet égard.
  1. Résiliation anticipée pour motifs extraordinaires, illégalité et force majeure
    Si cela est indiqué dans les conditions générales de tout instrument financier, si PSS ou la tierce partie concernée, selon le cas, détermine que, pour des raisons indépendantes de sa volonté, l’exécution de ses obligations concernant les instruments financiers concernés est devenue illégale ou irréalisable en tout ou en partie pour quelque raison que ce soit, ou PSS ou la tierce partie concernée, selon le cas, détermine que, pour des raisons indépendantes de sa volonté, il n’est plus légal ni pratique de maintenir ses accords de couverture avec En ce qui concerne ces instruments financiers, pour quelque raison que ce soit, PSS ou la tierce partie concernée, selon le cas, peut, à sa discrétion et sans obligation, mettre fin à ces instruments financiers à une date antérieure. Les acquéreurs potentiels doivent examiner les conditions générales des instruments financiers concernés afin de déterminer si et comment de telles dispositions s’appliquent à ces instruments financiers et quelles en sont les conséquences, notamment en ce qui concerne le montant à payer en conséquence.
  1. Perturbations du marché, ajustements et résiliation anticipée d’instruments financiers
    Si cela est indiqué dans les conditions générales de tout instrument financier, l’agent de calcul concerné peut déterminer qu’un événement ayant perturbé le marché s’est produit ou a eu lieu à un moment opportun. Une telle détermination peut retarder l’évaluation du sous-jacent concerné, ce qui peut avoir une incidence sur la valeur des Instruments financiers concernés et / ou sur le règlement de ces instruments financiers.En outre, si cela est indiqué dans les termes et conditions de Dans le cas d’instruments financiers, l’agent de calcul peut apporter des ajustements à ces termes et conditions pour tenir compte des ajustements ou événements pertinents en rapport avec le sous-jacent, notamment en déterminant le remplaçant du sous-jacent concerné, de son émetteur ou de son sponsor, cas peut être. En outre, dans certaines circonstances, PSS ou la tierce partie concernée, selon le cas, peut résilier de manière anticipée les instruments financiers concernés à la suite de tout événement de ce type. Les souscripteurs éventuels doivent examiner les conditions générales des instruments financiers concernés afin de déterminer si et comment. ces dispositions s’appliquent à ces instruments financiers et à ce qui constitue un ajustement ou un événement pertinent.
  1. Imposition
    Les acheteurs et vendeurs d’instruments financiers potentiels doivent savoir qu’ils peuvent être tenus de payer des droits de timbre ou autres frais de documentation conformément à la législation et aux pratiques du pays où les instruments financiers concernés ont été transférés.Le paiement et / ou la livraison de tout montant dû en ce qui concerne les instruments financiers peut être subordonné au paiement de certaines taxes, droits et / ou charges conformément aux conditions en vigueur dans les instruments financiers concernés. PSS ou la tierce partie concernée, selon le cas, a le droit, sans toutefois y être obligé, de retenir ou de déduire de tout montant payable ou livrable au titre des instruments financiers, le montant ou la fraction nécessaire pour comptabiliser ou acquittement de tout impôt, taxe, droit, charge, retenue ou autre paiement.Les investisseurs potentiels doivent examiner les conditions des instruments financiers concernés afin de déterminer si et comment de telles dispositions s’appliquent à ces instruments financiers.Les acheteurs potentiels qui doutent de leur impôt leur position devrait consulter leurs propres conseillers en fiscalité indépendants. De plus, les acheteurs potentiels doivent savoir que la réglementation fiscale et son application par les autorités fiscales compétentes changent de temps à autre. Par conséquent, il n’est pas possible de prédire le traitement fiscal précis qui sera appliqué à un moment donné.
  1. Avis d’exercice et certifications
    Si des instruments financiers sont soumis à des dispositions concernant la remise d’un avis d’exercice et que cet avis est reçu par la ou les parties spécifiées après la dernière heure spécifiée dans les conditions générales des instruments financiers concernés, il ne peut pas être considéré comme dûment livré. jusqu’à un jour plus tard. Un tel retard réputé peut, dans le cas d’instruments financiers réglés en trésorerie, augmenter ou diminuer le montant en espèces payable au règlement par rapport à ce qu’il aurait autrement été sans ce retard réputé. Dans le cas d’instruments financiers pouvant être exercés un jour ou seulement une période d’exercice et ne sont pas expressément réputées être automatiquement exercées; tout avis d’exercice, s’il n’est pas remis au plus tard à la date spécifiée dans les conditions des instruments financiers concernés, est nul. Le défaut de délivrer les certifications requises Les conditions d’émission d’instruments financiers peuvent entraîner une perte ou l’incapacité de recevoir des montants ou des livraisons normalement dus au titre de ces instruments financiers. Les acquéreurs potentiels doivent examiner les conditions générales des instruments financiers concernés afin de déterminer si et comment de telles dispositions s’appliquent à ces instruments financiers.

    Les instruments financiers non exercés conformément à leurs termes et conditions expireront sans valeur. Les acquéreurs éventuels devraient examiner les conditions générales des instruments financiers concernés afin de déterminer si ces instruments financiers font l’objet d’un exercice automatique, et quand et comment un avis d’exercice peut être valablement remis.

  1. Décalage temporel après l’exercice
    Lorsque des instruments financiers doivent être exercés et réglés au moyen d’un paiement en espèces, il peut s’écouler un décalage entre leur exercice et le moment où le montant en espèces correspondant à cet exercice est déterminé. Tout délai entre le moment de l’exercice et la détermination du montant en espèces sera précisé dans les conditions générales des Instruments financiers concernés. Toutefois, ce délai pourrait être considérablement plus long, en particulier en cas de retard dans l’exercice de tels Instruments financiers réglés en espèces du fait de toute limite maximale quotidienne d’exercice ou lorsque l’agent de calcul déterminera qu’une perturbation du marché s’est produite à tout moment pertinent. Le montant en espèces applicable pourrait diminuer ou augmenter par rapport à ce qu’il aurait été sans ce retard. Les acheteurs éventuels devraient examiner les conditions des instruments financiers concernés afin de déterminer si et comment de telles dispositions s’appliquent à ces instruments financiers.
  1. Marchés très volatiles
    Les instruments financiers peuvent être liés aux prix des contrats sur matières premières et des instruments dérivés, y compris les contrats à terme standardisés et les options, qui sont très volatils. Les fluctuations des prix des contrats à terme, des contrats à terme standardisés et des autres contrats dérivés auxquels un instrument financier peut être lié sont influencées notamment par les taux d’intérêt, l’évolution des relations entre l’offre et la demande, les programmes de contrôle commercial, fiscal, monétaire et des changes, ainsi que les politiques de les gouvernements et les événements et politiques politiques et économiques nationaux et internationaux. En outre, les gouvernements interviennent de temps à autre, directement ou indirectement, par voie de réglementation sur certains marchés, en particulier ceux des contrats à terme standardisés sur devises et sur taux d’intérêt. Une telle intervention a souvent pour but d’influencer directement les prix et peut, avec d’autres facteurs, faire rapidement évoluer tous ces marchés dans le même sens, en raison, entre autres, des fluctuations des taux d’intérêt. Une telle intervention pourrait avoir un effet défavorable sur la valeur de certains instruments financiers.
  1. Commission
    Avant d’acheter un instrument financier, un investisseur devrait obtenir des détails sur toutes les commissions et autres frais pour lesquels vous serez redevable. Si des frais ne sont pas exprimés en termes monétaires (mais, par exemple, en pourcentage de la valeur du contrat), il devrait obtenir une explication claire et écrite, comprenant des exemples appropriés, pour établir ce que ces frais sont susceptibles de signifier en termes monétaires spécifiques. Dans le cas des contrats à terme standardisés, les commissions, exprimées en pourcentage, correspondent normalement à un pourcentage de la valeur totale du contrat et non pas simplement à un pourcentage du paiement initial.

C. Facteurs de risque spécifiques au produit

Facteurs de risque spécifiques au produit

Les différents instruments financiers impliquent différents niveaux d’exposition au risque et, lorsqu’ils décident d’échanger ou d’acquérir un quelconque instrument financier, les investisseurs potentiels doivent prendre en compte les éléments suivants.

Un investissement dans un instrument financier comporte des risques. Ces risques peuvent inclure, entre autres, les marchés boursiers, les marchés obligataires, les taux de change, les taux d’intérêt, la volatilité des marchés et les risques économiques, politiques et réglementaires, ainsi que toute combinaison de ces risques et d’autres. Certains de ces risques sont brièvement décrits ci-dessous.

Les acquéreurs potentiels doivent être expérimentés en ce qui concerne les transactions sur des instruments tels que les instruments financiers pertinents et les sous-jacents relatifs à ces instruments financiers. Les acquéreurs potentiels doivent comprendre les risques liés à un investissement dans les instruments financiers concernés et ne doivent prendre une décision d’investissement qu’après un examen approfondi, avec leurs conseillers juridiques, fiscaux, comptables et autres, de ce qui suit: a) l’adéquation d’un investissement dans les instruments financiers pertinents; Instruments compte tenu de leurs propres circonstances financières, fiscales et autres, (b) des informations indiquées dans le document d’offre concernant les instruments financiers concernés et (c) du sous-jacent concerné.

Les instruments financiers peuvent perdre de la valeur et, s’ils sont dotés d’une protection du capital, les investisseurs doivent noter que, quel que soit son investissement dans ces instruments financiers, le montant en espèces dû à l’échéance ne sera jamais inférieur à un montant en espèces minimal spécifié.

Un investissement dans un instrument financier ne doit être effectué qu’après avoir évalué le sens, le moment et l’ampleur des variations futures potentielles de la valeur du sous-jacent concerné et / ou de la composition et / ou de la méthode de calcul du sous-jacent concerné, de tels investissements dépendra notamment de tels changements. Un investisseur dans un instrument financier doit généralement avoir raison quant à l’orientation, au moment et à l’ampleur d’un changement prévu de la valeur du sous-jacent concerné. Plusieurs facteurs de risque peuvent avoir un effet simultané sur un instrument financier, de sorte que l’effet d’un facteur de risque particulier peut ne pas être prévisible. En outre, plusieurs facteurs de risque peuvent avoir un effet composé qui peut ne pas être prévisible. Aucune assurance ne peut être donnée quant à l’effet qu’une combinaison de facteurs de risque peut avoir sur la valeur d’un instrument financier.

Les instruments financiers liés à un sous-jacent représentent un investissement lié à la performance économique du sous-jacent concerné et les investisseurs potentiels doivent noter que le rendement (le cas échéant) sur leur investissement dans ces instruments financiers dépendra de la performance du sous-jacent. Les investisseurs potentiels doivent également noter que, même si la valeur de marché de ces instruments financiers est liée à ce sous-jacent et sera influencée (positivement ou négativement) par ce sous-jacent, tout changement peut ne pas être comparable ni être disproportionné. Il est impossible de prédire comment le niveau du sous-jacent pertinent variera avec le temps. Contrairement à un investissement direct dans le sous-jacent concerné, ces instruments financiers représentent le droit de recevoir le paiement ou la livraison, le cas échéant, du (des) montant (s) concerné (s) à la date spécifiée ou déterminable en ce qui concerne ces instruments financiers. Les instruments pouvant inclure des paiements d’intérêts périodiques (s’ils sont spécifiés dans les conditions générales relatives à ces instruments financiers), tous ou certains d’entre eux peuvent être déterminés en fonction de la performance du sous-jacent correspondant. Les conditions générales applicables indiqueront les dispositions permettant de déterminer le ou les montants à payer ou à livrer, selon le cas, à la date spécifiée ou déterminable en ce qui concerne les instruments financiers concernés, y compris les paiements périodiques d’intérêts .

LES INVESTISSEURS PROSPECTIFS DANS DES INSTRUMENTS FINANCIERS LIÉS À UN SOUS-JACENT DOIVENT EXAMINER LES TERMES ET CONDITIONS DES INSTRUMENTS FINANCIERS PERTINENTS AFIN DE SATISFAIRE DE CE QUE EST LE SOUS-JACENT PERTINENT ET DE VOIR QUELQUES MONTANTS VERSABLES OU LIVRABLES, COMME LE CAS, PEUVENT ÊTRE DÉTERMINÉS. LE (S) MONTANT (S) SONT PAYABLES ET / OU LIVRABLES, LE CAS ÉCHÉANT, AVANT DE PRENDRE TOUT DÉCISION D’ACHAT DE CES INSTRUMENTS FINANCIERS.

Le seul rendement des instruments financiers peut être le paiement ou la remise éventuelle, le cas échéant, des montants payables au titre de l’exercice, du rachat ou d’une autre manière échus, ainsi que le paiement de tous paiements d’intérêts périodiques et les acheteurs potentiels doivent passer en revue les conditions du contrat concerné. Instruments financiers permettant de déterminer quel (s) montant (s) est / sont payable (s) et / ou livrable (s), quelles circonstances et quand.

PSS ou la tierce partie concernée, selon le cas, peut émettre plusieurs émissions d’instruments financiers portant sur le même sous-jacent. Toutefois, rien ne garantit que PSS ou la tierce partie concernée, selon le cas, publiera plus d’un numéro d’Instruments financiers liés à ce sous-jacent. À tout moment, le nombre d’instruments financiers en circulation peut être considérable.

Les instruments financiers peuvent être liés, entre autres, à des actions, des indices, des devises, au crédit d’entités déterminées, à des dérivés, à des matières premières et / ou à des matières premières, à des capitaux propres privés ou illiquides et à l’immobilier, à des titres de qualité médiocre, à des titres en difficulté, sur des marchés émergents ou en développement et / ou des actions de fonds, y compris des hedge funds.

Instruments financiers liés aux titres de participation

En ce qui concerne les instruments financiers liés à un titre de participation ou à un panier de titres de participation, à la date spécifiée ou déterminable pour ces instruments financiers, les investisseurs peuvent recevoir la livraison physique d’un nombre donné de titres de participation pertinents et / ou paiement d’un montant déterminé en fonction de la valeur des titres de participation pertinents à une date ou à des dates donnée (s) par rapport à une autre date ou à d’autres dates. Par conséquent, un investissement dans de tels Instruments financiers peut comporter des risques de marché similaires à un investissement direct dans les titres de participation correspondants et les investisseurs doivent prendre leurs conseils en conséquence. L’intérêt (le cas échéant) payable sur ces instruments financiers peut être calculé en fonction de la valeur d’un ou de plusieurs titres de participation à une date ou en une date donnée, par rapport à une ou plusieurs dates données, ou en fonction des dividendes versés au titre de ces actions. titres.

S’agissant de ces instruments financiers, aucun émetteur des titres de participation concernés n’aura participé à la préparation d’un document d’offre relatif aux instruments financiers concernés ou aux conditions générales des instruments financiers concernés et PSS ne mènera aucune enquête ni enquête auprès des en ce qui concerne les informations concernant tout émetteur de ce type qui y sont contenues ou dans les documents à partir desquels ces informations ont été extraites. Par conséquent, rien ne garantit que tous les événements se produisant avant la date d’émission des Instruments financiers concernés (y compris les événements susceptibles d’affecter l’exactitude ou l’exhaustivité de tout document accessible au public utilisé par PSS dans l’établissement de tout document de placement relatif aux documents pertinents). Instruments financiers) qui auraient une incidence sur le cours des titres de participation pertinents auront été rendus publics. La divulgation ultérieure de tels événements ou la divulgation ou l’omission de divulguer des événements futurs importants concernant l’émetteur de ces titres de participation pourrait avoir une incidence sur le cours de ces titres et, partant, sur le cours ou la valeur de ces instruments financiers.

Sauf disposition contraire des termes et conditions de ces instruments financiers, les porteurs de ces instruments financiers ne disposeront d’aucun droit de vote ni droit de recevoir des dividendes ou de distributions, ni aucun autre droit, à l’égard des titres de participation auxquels ces instruments financiers se rapportent.

Instruments financiers liés aux indices

En ce qui concerne les instruments financiers liés à un indice ou à un panier d’indices, à la date spécifiée ou déterminable pour ces instruments financiers, les investisseurs peuvent recevoir le paiement d’un montant déterminé en fonction de la valeur du ou des indices concernés une date ou des dates données par rapport à une autre date ou à d’autres dates et / ou à la livraison physique d’actifs liés à l’indice ou aux indices pertinents. Les intérêts (le cas échéant) payables sur ces instruments financiers peuvent être calculés par référence à la valeur d’un ou de plusieurs des indices pertinents à une date ou à des dates données, par rapport à une autre date ou à d’autres dates.

Instruments financiers liés aux devises

En ce qui concerne les instruments financiers liés à une ou plusieurs monnaies, à la date spécifiée ou déterminable pour ces instruments financiers, les investisseurs peuvent recevoir le paiement d’un montant déterminé en fonction de la valeur des monnaies concernées à une date donnée dates par rapport à une autre date ou des dates. Les intérêts (le cas échéant) payables sur ces instruments financiers peuvent être calculés par référence à la valeur d’une ou de plusieurs des devises concernées à une date ou à des dates données par rapport à une autre date ou à d’autres dates.

Les fluctuations des taux de change de la devise concernée (ou d’une ou plusieurs des devises d’un panier de devises) affecteront la valeur des Instruments financiers liés à cette devise ou à ces devises. En outre, les investisseurs qui envisagent de convertir les gains ou les pertes résultant de la réception de fonds provenant de la vente ou de la vente de ces instruments financiers dans leur devise nationale peuvent être affectés par les fluctuations des taux de change entre leur devise locale et la devise concernée (ou une ou plusieurs des devises). dans un panier de monnaies). Des facteurs politiques et économiques complexes peuvent influer sur la valeur des devises, notamment les mesures prises par les gouvernements pour fixer ou soutenir la valeur d’une devise (ou d’une ou plusieurs des devises d’un panier de devises), quelles que soient les autres forces du marché. Les acheteurs d’instruments financiers liés à une ou plusieurs devises risquent de perdre la totalité de leur investissement si les taux de change de la devise concernée (ou d’une ou plusieurs des devises d’un panier de devises) n’évoluent pas dans la direction prévue.

Si des instruments financiers supplémentaires ou des options portant sur des devises ou des indices de devises particuliers sont ultérieurement émis, la fourniture d’instruments financiers et d’options concernant ces devises ou les indices de devises sur le marché, selon le cas, augmentera ce qui pourrait entraîner une baisse du prix auquel Les instruments financiers sont négociés sur le marché secondaire pour diminuer de manière significative.

Dans le cours normal de ses opérations de change ou de tenue de marché au jour le jour ou afin de gérer le risque de son exposition aux instruments financiers conclus avec vous, PSS et / ou les membres de son groupe ou tout tiers peuvent entrer conclure, dénouer, résilier ou clôturer des transactions, en tout ou en partie, avec des tiers (transactions avec des tiers) avant, à ou après le moment où: (i) la valorisation de l’instrument financier est déterminée; (ii) la détermination d’une fixation de marché externe ou d’un indice de référence auquel un instrument financier se réfère est déterminée (une fixation); (iii) l’instrument financier doit être réglé; ou (iv) les droits d’une partie d’exiger le règlement de l’instrument financier deviennent exerçables (tout ou partie de ces heures étant une heure pertinente). Il est possible que la conclusion d’opérations avec des tiers à un moment opportun puisse affecter les taux de change de façon directe ou indirecte, ce qui peut également avoir une incidence sur la valeur d’un instrument financier pour vous ou sur la valeur d’un fixing et / ou déclencher certaines dispositions d’un instrument financier.

Instruments financiers liés au crédit d’entités spécifiées

Les instruments financiers peuvent être liés au crédit d’une ou de plusieurs entités spécifiées et, en cas de survenance de certaines circonstances spécifiées dans les conditions générales de ces instruments financiers, les PSS ou, le cas échéant, l’obligation incombant au tiers concerné de Les montants versés au titre de ces instruments financiers peuvent être remplacés par une obligation de payer d’autres montants calculés par référence à la valeur d’obligations se rapportant à une ou plusieurs de ces entités spécifiées et / ou à honorer de telles obligations. En outre, ces instruments financiers portant intérêt peuvent cesser de porter des intérêts au plus tard à la date à laquelle de telles circonstances se sont produites.

Instruments financiers liés aux dérivés

Des instruments financiers peuvent être émis ou autrement conclus, le rendement étant lié à des instruments dérivés (parfois complexes) qui visent à modifier ou à reproduire la performance de placement de titres, produits de base, devises, taux d’intérêt, indices ou marchés sur une période donnée. base levée ou non levée. Les sous-jacents aux instruments financiers susmentionnés comportent généralement un risque de contrepartie et pourraient ne pas donner les résultats escomptés, ce qui entraînerait une perte ou un gain de valeur plus important. Ces instruments financiers sont soumis à des risques pouvant entraîner une perte de tout ou partie de la valeur du sous-jacent et, par conséquent, une incidence défavorable sur la valeur des instruments financiers. Ces risques peuvent inclure le risque de taux d’intérêt et de crédit, la volatilité, les prix et la demande sur les marchés mondiaux et locaux, ainsi que des facteurs et activités économiques généraux. Le sous-jacent peut être un dérivé qui peut également comporter un très fort effet de levier, susceptible d’amplifier considérablement les mouvements du marché, ce qui signifie que les pertes peuvent parfois dépasser la valeur de l’instrument dérivé considéré et entraîner ainsi une perte totale.

Certains des marchés d’instruments dérivés sont des marchés «over the counter» ou «interdealer», qui peuvent être illiquides et sont parfois sujets à des écarts plus importants entre les prix d’offre et d’offre que les instruments dérivés négociés en bourse. Les participants à ces marchés ne sont généralement pas soumis à l’évaluation du crédit et à la surveillance réglementaire, ce qui serait le cas des membres des marchés «basés sur les bourses». Cela expose les investisseurs aux instruments financiers liés à de tels dérivés au risque qu’une contrepartie ne règle pas une transaction conformément à ses termes et conditions parce que la contrepartie a un problème de crédit ou de liquidité ou que la contrepartie fait défaut pour une autre raison. Des retards dans le règlement peuvent également résulter de différends sur les termes du contrat dérivé (qu’ils soient ou non de bonne foi) car ces marchés peuvent ne pas respecter les règles et procédures établies pour le règlement rapide des différends entre les opérateurs sur des marchés «basés sur des bourses». Ces facteurs peuvent entraîner une baisse de la valeur d’un instrument financier. Ce «risque de contrepartie» est présent dans tous les swaps «de gré à gré» ou bilatéraux, et est accentué dans les contrats à plus longue échéance où des événements imprévus peuvent intervenir pour empêcher le règlement. L’évaluation des transactions sur dérivés de gré à gré est également soumise à une incertitude et à des variations plus grandes que celles des dérivés négociés en bourse et les évaluations fournies par une partie peuvent différer des évaluations fournies par un tiers ou de la valeur lors de la liquidation de la transaction concernée. Dans certaines circonstances, il peut être impossible d’obtenir des cours du marché pour la valeur d’une transaction sur produits dérivés négociés de gré à gré.

Instruments financiers liés à des produits de base et / ou à des contrats à terme sur marchandises

En ce qui concerne les instruments financiers liés à une marchandise ou à un panier de marchandises ou à des contrats à terme sur marchandises, à la date spécifiée ou déterminable pour ces instruments financiers, les investisseurs peuvent recevoir le paiement d’un montant déterminé en fonction de la valeur des marchandises en question. ou des contrats à terme à une date ou à des dates données par rapport à une ou plusieurs autres dates. Les intérêts (le cas échéant) payables sur ces instruments financiers peuvent être calculés par référence à la valeur d’un ou plusieurs produits de base à une date donnée ou par rapport à une autre date ou par d’autres dates ou par référence à un ou plusieurs contrats à terme standardisés sur produits de base.

Les investisseurs doivent noter que les fluctuations du prix de la marchandise ou du panier de marchandises peuvent être soumises à des fluctuations importantes qui peuvent ne pas être corrélées aux variations des taux d’intérêt, des devises ou d’autres indices et au calendrier des variations du prix pertinent du ou des produits de base. peut influer sur le rendement réel pour les investisseurs, même si le niveau moyen est conforme à leurs attentes. En général, plus le changement du prix ou des prix des produits est précoce, plus l’effet sur le rendement est important.

Les marchés à terme de produits de base sont très volatils. L’évolution des relations entre offre et demande, les conditions météorologiques, les programmes gouvernementaux, agricoles, commerciaux et commerciaux conçus pour influer sur les prix des produits de base, les événements politiques et économiques mondiaux et l’évolution des taux d’intérêt influencent les marchés des produits de base. De plus, les investissements dans des contrats à terme et des options impliquent des risques supplémentaires, y compris, sans limitation, un effet de levier (la marge correspond généralement à un pourcentage de la valeur nominale du contrat et l’exposition peut être pratiquement illimitée). Un détenteur de position à terme peut constater que ces positions deviennent illiquides car certaines bourses limitent les fluctuations des prix de certains contrats à terme au cours d’une seule journée en vertu de réglementations appelées «limites de fluctuation journalière des prix» ou «limites journalières». En vertu de ces limites journalières, aucune opération ne peut être exécutée à un cours supérieur à la limite journalière. Une fois que le prix d’un contrat pour un avenir particulier a augmenté ou diminué d’un montant égal à la limite journalière, les positions futures ne peuvent être ni liquidées ni liquidées, à moins que les opérateurs ne soient disposés à effectuer des transactions à la limite ou dans les limites. Cela pourrait empêcher un porteur de liquider rapidement des positions défavorables et le soumettre à des pertes substantielles.

Les prix des contrats à terme pour divers produits ont parfois dépassé la limite quotidienne pendant plusieurs jours consécutifs avec peu ou pas de négociation. Des événements similaires pourraient empêcher la liquidation de positions défavorables et soumettre un investisseur à un instrument financier lié à de tels prix contractuels à des pertes substantielles.

Le prix du marché de ces instruments financiers peut être volatile et peut dépendre du temps restant à exercer ou à rembourser et de la volatilité du prix du ou des produits de base. Le prix du ou des produits de base peut être affecté par des événements économiques, financiers et politiques survenant dans un ou plusieurs pays, y compris des facteurs affectant le ou les échanges ou le ou les systèmes de cotation sur lesquels ces produits peuvent être négociés.

Instruments financiers liés au capital d’investissement privé ou à des actifs non liquides

Les instruments financiers peuvent être liés à un sous-jacent soumis à des restrictions légales ou autres en matière de transfert ou pour lesquels il n’existe aucun marché liquide, tel que des titres de participation dans des sociétés privées. Les prix du marché, le cas échéant, de ces titres de participation ont tendance à être plus volatils et il peut être impossible de vendre ces titres de participation lorsque cela est souhaité ou de réaliser leur juste valeur en cas de vente. Ces titres de participation ne peuvent être ni cotés à une bourse ni négociés sur un marché de gré à gré. En raison de l’absence de marché public pour ces titres de participation, ceux-ci seront probablement moins liquides que les titres de participation négociés en bourse. Il peut y avoir des retards importants dans la tentative de vente de titres de participation non cotés en bourse. Bien que ces titres de participation puissent être vendus dans le cadre d’opérations négociées en privé, les prix réalisés sur ces ventes pourraient être inférieurs à ceux payés à l’origine. En outre, les sociétés dont les titres de participation ne sont ni inscrits ni négociés en bourse ne sont pas soumises à la divulgation ni aux autres obligations de protection des investisseurs qui s’appliqueraient si leurs titres de participation étaient inscrits ou négociés en public.

En outre, une bourse ou une autorité de régulation peut suspendre la négociation d’un contrat particulier, ordonner la liquidation immédiate et le règlement d’un contrat particulier, ou ordonner que la négociation de ce contrat ne soit effectuée que pour la liquidation. L’illiquidité des positions peut entraîner des pertes imprévues importantes et, partant, les investisseurs d’instruments financiers qui y sont liés peuvent également subir des pertes imprévues importantes.

Instruments financiers liés à des titres de faible qualité de crédit

Les instruments financiers peuvent être liés à des investissements particulièrement risqués qui peuvent également offrir un potentiel de rendement élevé. Par conséquent, un investisseur dans un tel instrument financier risque de perdre la totalité ou la quasi-totalité de son investissement. Les sous-jacents liés à ces instruments financiers peuvent être de qualité inférieure à la catégorie investissement et peuvent donc être considérés comme des «obligations à haut rendement» ou des titres en difficulté (voir également «Instruments financiers liés à des titres en difficulté» ci-après).

Instruments financiers liés à des titres en difficulté

Les instruments financiers peuvent être liés aux titres d’émetteurs dont la situation financière est précaire, dont les résultats d’exploitation sont médiocres, qui ont des besoins en capital importants ou une valeur nette négative, qui sont confrontés à des problèmes particuliers de concurrence ou d’obsolescence des produits ou qui sont impliqués dans des procédures de faillite ou de réorganisation. Ces instruments financiers peuvent impliquer des risques importants pouvant entraîner des pertes substantielles, voire totales, du montant investi dans ces instruments financiers. Parmi les risques inhérents aux instruments financiers liés à de tels investissements, il peut souvent être difficile d’obtenir des informations sur la situation réelle de l’émetteur du sous-jacent concerné; des lois relatives, notamment, aux transferts frauduleux et autres transferts ou paiements annulables, à la responsabilité du prêteur et au pouvoir du tribunal de rejeter, de réduire, de subordonner ou de retirer du droit de vote au particulier; le prix du marché du sous-jacent concerné peut être soumis à des fluctuations brusques et irrégulières du marché et à une volatilité de prix supérieure à la moyenne, et l’écart entre les prix acheteur et vendeur du sous-jacent concerné peut être supérieur à celui des autres marchés des valeurs; Cela peut prendre plusieurs années avant que le prix du marché du sous-jacent concerné reflète sa valeur intrinsèque; dans une réorganisation d’entreprise, il peut ne pas être possible d’effectuer la réorganisation (en raison, par exemple, du manque d’obtention des approbations requises); et dans une liquidation (à la fois en faillite et en faillite) et dans une réorganisation, il existe un risque que la liquidation ou la réorganisation soit retardée (par exemple, jusqu’à ce que divers passifs, réels ou éventuels, aient été satisfaits) ou entraînent une distribution de en numéraire ou un nouveau titre dont la valeur sera inférieure au prix d’achat du sous-jacent correspondant.

Instruments financiers liés aux investissements sur des marchés émergents ou en développement

Les instruments financiers peuvent être liés à des titres d’émetteurs qui ne sont pas situés dans des pays développés ou soumis à une réglementation dans ces pays, ou à des titres qui ne sont pas libellés dans la devise des pays développés ou qui ne sont pas négociés en bourse. Les investissements dans de tels instruments financiers impliquent certains risques particuliers, notamment des incertitudes politiques et économiques, des politiques gouvernementales défavorables, des restrictions sur les investissements étrangers et la convertibilité des monnaies, les fluctuations des taux de change, des niveaux inférieurs de divulgation et de réglementation et des incertitudes quant au statut. , interprétation et application des lois, y compris, sans toutefois s’y limiter, celles relatives à l’expropriation, à la nationalisation et à la confiscation. De plus, les entreprises qui ne sont pas situées dans des pays développés ne sont généralement pas soumises à des normes uniformes en matière de comptabilité, d’audit et d’information financière, et les pratiques et exigences en matière d’audit peuvent ne pas être comparables à celles applicables aux entreprises des pays développés. En outre, les titres non négociés dans les pays développés ont tendance à être moins liquides et leur prix plus volatil. En outre, le règlement des transactions sur certains de ces marchés peut être beaucoup plus lent et plus sujet à l’échec que sur les marchés des pays développés. L’augmentation des coûts de dépositaire ainsi que des difficultés administratives (telles que l’applicabilité des dépositaires dépositaires aux lois des juridictions de pays émergents ou en développement dans diverses circonstances, notamment la faillite, la possibilité de récupérer les avoirs perdus, l’expropriation, la nationalisation et l’accès aux archives) peuvent découlent également du maintien des actifs dans ces pays émergents ou en développement.

Instruments financiers liés à des actions de fonds, y compris des fonds de couverture

Lorsque le sous-jacent est lié à un ou plusieurs fonds, les instruments financiers pertinents reflètent la performance de ces fonds, qui peuvent être des «fonds de couverture».

Un fonds de couverture peut négocier et investir dans un large éventail d’intérêts de placement tels que des titres de créance et de participation, des produits de base et des devises et peut conclure des transactions sur produits dérivés, notamment des contrats à terme et des options. Un fonds de couverture peut souvent être illiquide et ne peut être négocié que sur une base mensuelle, trimestrielle ou même moins fréquente. Pour toutes ces raisons et celles décrites ci-dessous, investir directement ou indirectement dans des fonds de couverture est généralement considéré comme risqué. Si le sous-jacent est un hedge fund dont la performance est insuffisante, sa valeur chutera, voire à zéro. Les fonds spéculatifs reflétés dans le sous-jacent pertinent de temps à autre et ses conseillers en trading de fonds spéculatifs, ainsi que les marchés et les instruments sur lesquels ils investissent, ne sont souvent pas soumis au contrôle des autorités gouvernementales et des organismes d’autoréglementation. ou d’autres autorités de surveillance.

Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive des risques associés aux investissements dans des hedge funds:

(a) Gestionnaire d’investissement

La performance d’un fonds de couverture dépendra de la performance des investissements sélectionnés par les personnes clés associées aux activités quotidiennes du gestionnaire de placements du fonds de couverture concerné et de l’expertise de ces personnes clés. Tout retrait ou autre cessation des activités de placement pour le compte du gestionnaire des placements par l’une de ces personnes pourrait entraîner des pertes et / ou la résiliation ou la dissolution du fonds de couverture concerné. La stratégie de placement, les restrictions de placement et les objectifs de placement d’un fonds de couverture donnent à son gestionnaire de placements un pouvoir discrétionnaire considérable pour investir ses actifs. Rien ne garantit que ses décisions en matière de placement seront rentables ou couvriront efficacement le risque de marché ou autre. conditions et, par conséquent, de telles décisions peuvent entraîner une baisse de la valeur du fonds de couverture concerné.

Un gestionnaire de placements peut recevoir des frais liés à la performance, qui peuvent être substantiels. Le mode de calcul de ces frais peut inciter le gestionnaire de placements à effectuer des investissements plus risqués ou plus spéculatifs que ce ne serait le cas si ces frais n’étaient pas payés au gestionnaire de placements. En outre, étant donné que les commissions de performance peuvent être calculées sur une base incluant à la fois des gains non réalisés et réalisés sur les actifs du hedge fund concerné, ces frais peuvent être plus élevés que s’ils étaient basés uniquement sur les gains réalisés. Si un fonds de couverture n’effectue pas ou ne présente pas une performance suffisante pour couvrir les frais, la valeur du fonds de couverture concerné chutera et pourrait tomber à zéro.

b) Absence de séparation des actifs

Un prime broker peut être, ou peut avoir été, désigné en relation avec un hedge fund et sera donc responsable des services de conservation, de compensation, de financement et de reporting en ce qui concerne les opérations sur titres souscrites par le gestionnaire de placements concerné. Lorsque les placements d’un fonds de couverture sont classés par le courtier principal concerné en tant que garantie, ils ne peuvent pas être séparés par ce courtier principal de ses propres investissements. Par conséquent, les créanciers de ce courtier principal peuvent disposer de ces investissements en cas d’insolvabilité et le fonds de couverture concerné peut perdre tout ou partie de sa participation dans ces investissements.

(c) Risques de couverture

Un gestionnaire de placements peut utiliser des bons de souscription, des contrats à terme standardisés, des contrats à terme, des swaps, des options et d’autres instruments dérivés portant sur des valeurs mobilières, des devises, des taux d’intérêt, des produits de base et d’autres catégories d’actifs (et des combinaisons de ce qui précède) pour établir des positions d’arbitrage «neutres du marché». dans le cadre de ses stratégies de négociation et pour se protéger contre les mouvements des marchés des capitaux. La couverture contre la baisse de la valeur d’une position de portefeuille n’élimine pas les fluctuations de la valeur des positions de portefeuille ni n’empêche les pertes si la valeur de ces positions diminue, mais établit d’autres positions conçues pour tirer profit de ces mêmes développements, atténuant ainsi la baisse de la valeur des positions du portefeuille. Ces opérations de couverture peuvent également limiter les possibilités de gain si la valeur de la position du portefeuille devait augmenter. En outre, il se peut que le gestionnaire de placements ne soit pas toujours en mesure de réaliser des opérations de couverture, ni à des prix, des taux ou des niveaux avantageux pour le hedge fund. Le succès de toute opération de couverture dépendra de l’évolution des prix des titres, des devises et des taux d’intérêt, ainsi que de la stabilité ou de la prévisibilité des relations de prix. Par conséquent, même si un fonds de couverture peut conclure ce type de transaction pour réduire les risques de change et de taux d’intérêt, des fluctuations non anticipées de la monnaie ou des taux d’intérêt peuvent nuire à la performance globale du fonds de couverture que si celui-ci n’avait pas participé à de telles opérations de couverture. En outre, le degré de corrélation entre les mouvements de prix des instruments utilisés dans une stratégie de couverture et les mouvements de prix de la position du portefeuille à couvrir peut varier. En outre, pour diverses raisons, le gestionnaire de placements peut ne pas être en mesure, ou ne pas chercher, d’établir une corrélation parfaite entre ces instruments de couverture et les avoirs en portefeuille faisant l’objet de la couverture. Une corrélation imparfaite peut empêcher un fonds de couverture d’atteindre la couverture souhaitée ou exposer un fonds de couverture au risque de perte.

d) Effet de levier

Les fonds spéculatifs peuvent être en mesure d’emprunter (ou d’utiliser un effet de levier) sans limitation et peuvent utiliser diverses lignes de crédit et d’autres formes d’effet de levier, notamment des swaps et des conventions de rachat. Bien que l’effet de levier offre des possibilités d’augmenter le rendement total d’un fonds de couverture, il a également pour effet d’accroître potentiellement les pertes. Si le revenu et la plus-value des investissements réalisés avec des fonds empruntés sont inférieurs aux paiements d’intérêts requis sur les emprunts, la valeur du fonds de couverture diminuera. En outre, tout événement ayant une incidence défavorable sur la valeur d’un investissement effectué par un fonds de couverture serait amplifié dans la mesure où ce fonds de levier est doté d’un effet de levier. L’effet cumulatif de l’utilisation d’un effet de levier par un fonds de couverture sur un marché qui se répercute négativement sur les investissements de ces fonds de couverture pourrait entraîner une perte substantielle pour le fonds de couverture, qui serait plus importante que si le fonds de couverture n’était pas utilisé comme levier. En outre, toute utilisation par le fonds de couverture de swaps et d’autres dérivés pour obtenir une exposition à certains investissements peut avoir un effet de levier sur les actifs du fonds de couverture et l’exposer aux risques décrits ci-dessus.

e) Risques liés à l’utilisation d’emprunts sur marge

L’utilisation prévue par la société de gestion des emprunts sur marge à court terme entraînera certains risques supplémentaires pour le fonds de couverture concerné. Par exemple, si les valeurs mises en gage auprès de courtiers pour sécuriser les comptes sur marge d’un fonds de couverture se déprécient, ce fonds de couverture peut être soumis à un «appel de marge», selon lequel il doit déposer des fonds supplémentaires auprès du courtier ou faire l’objet de mesures obligatoires. liquidation des titres donnés en nantissement pour compenser la baisse de valeur. En cas de chute soudaine de la valeur des actifs du hedge fund, le gestionnaire de placements pourrait ne pas être en mesure de les liquider suffisamment rapidement pour rembourser la dette sur marge. Dans ce cas, le prime broker concerné peut liquider des actifs supplémentaires du hedge fund, à son entière discrétion, afin de satisfaire cette dette. Les primes de certaines options négociées sur des bourses autres que les États-Unis peuvent être payées sur marge. Si le gestionnaire de placements vend une option sur un contrat à terme standardisé, il peut être tenu de déposer une marge d’un montant égal à l’exigence de marge établie pour le contrat à terme sous-jacent de l’option et, en outre, un montant sensiblement égal à la prime de l’option . Les exigences de marge imposées lors de la vente d’options, bien qu’elles aient été ajustées pour refléter la probabilité que des options hors de-l’argent ne soient pas exercées, peuvent en réalité être plus élevées que celles imposées lors de la négociation directe sur les marchés à terme. La question de savoir si un dépôt de garantie sera nécessaire pour les options de gré à gré dépendra de l’accord des parties à la transaction.

f) Faible qualité de crédit et titres en difficulté

Les fonds spéculatifs peuvent investir dans des titres liés à des investissements particulièrement risqués ou à des titres d’émetteurs dont la situation financière est mauvaise, dont les résultats d’exploitation sont médiocres, qui ont des besoins en capital substantiels ou une valeur nette négative, qui font face à des problèmes spéciaux de concurrence ou d’obsolescence des produits, ou qui sont impliqués dans des faillites ou des faillites. procédure de réorganisation. Les investissements de ce type peuvent comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes importantes, voire parfois totales. Certains des risques inhérents aux investissements dans de telles entités sont décrits aux rubriques «Instruments financiers liés à des titres de qualité de crédit faible» et «Instruments financiers liés à des titres en difficulté» ci-dessus.

g) produits dérivés

Les fonds spéculatifs peuvent investir dans des instruments dérivés (dont certains peuvent être complexes) cherchant à modifier ou à reproduire la performance de placement de titres, produits de base, devises, taux d’intérêt, indices ou marchés particuliers, avec ou sans effet de levier. Ces instruments comportent généralement un risque de contrepartie et sont soumis aux risques décrits à la rubrique «Instruments financiers liés aux dérivés» ci-dessus.

Les fonds spéculatifs peuvent également acheter ou vendre des options sur divers actifs sous-jacents. Le risque lié à la vente (vente) d’options est illimité dans la mesure où son auteur doit acheter (dans le cas d’une vente) ou vendre (dans le cas d’une option d’achat) le titre sous-jacent à un certain prix lors de son exercice. Il n’y a pas de limite au prix qu’un fonds de couverture peut avoir à payer pour faire face à ses obligations en tant que rédacteur d’options. En tant qu’actifs ne pouvant avoir aucune valeur au moment du règlement, les options peuvent introduire un élément supplémentaire important de levier et de risque pour l’exposition du marché d’un fonds de couverture. L’utilisation de certaines stratégies d’options peut exposer un fonds de couverture à des pertes de placement importantes, même dans le contexte de positions pour lesquelles le gestionnaire de portefeuille concerné a correctement anticipé l’évolution des prix du marché ou des relations de prix.

h) Risques particuliers liés aux transactions sur dérivés de gré à gré

Certains des marchés sur lesquels un fonds de couverture peut effectuer des transactions sur dérivés sont des marchés «de gré à gré» ou «interdealer», qui peuvent être illiquides et sont parfois sujets à des écarts plus importants entre les prix acheteur et vendeur que les transactions sur dérivés négociées en bourse. . Les participants à ces marchés ne sont généralement pas soumis à l’évaluation du crédit et à la surveillance réglementaire, ce qui serait le cas des membres des marchés «basés sur les bourses». Cela expose le fonds de couverture au risque de défaillance de la contrepartie ou d’un retard de règlement et donc aux risques décrits dans la rubrique «Instruments financiers liés aux dérivés» ci-dessus. Ces facteurs peuvent entraîner une perte pour un fonds de couverture en raison de mouvements défavorables du marché lors de l’exécution des opérations de remplacement. Ce «risque de contrepartie» est accentué lorsque le fonds de couverture a concentré ses transactions avec un seul ou un petit groupe de contreparties. Il n’est généralement pas interdit à un fonds de couverture de traiter avec une contrepartie particulière ou de concentrer une partie ou la totalité de ses transactions avec une seule contrepartie. En outre, si un gestionnaire de portefeuille s’engage dans de telles transactions de gré à gré, le fonds de couverture concerné sera exposé au risque que la contrepartie (généralement le courtier principal concerné) manque à ses obligations en vertu de la transaction. L’évaluation des transactions sur dérivés de gré à gré est également soumise à une incertitude et à une variation plus grandes que celles des dérivés négociés en bourse. La valeur de «remplacement» d’une transaction sur produit dérivé peut différer de la valeur de «liquidation» de cette transaction, et l’évaluation fournie par la contrepartie d’un hedge fund à ces transactions peut différer de l’évaluation fournie par un tiers ou de la valeur lors de la liquidation de la transaction. transaction. Dans certaines circonstances, un fonds de couverture peut ne pas être en mesure d’obtenir des cotes de marché pour la valeur d’une transaction de produits dérivés négociés de gré à gré. Un fonds de couverture peut également ne pas être en mesure de liquider ou de conclure une transaction sur instrument dérivé de gré à gré compensatoire au moment voulu, ce qui entraînera des pertes importantes. En particulier, la clôture d’une transaction sur dérivés de gré à gré ne peut généralement être effectuée qu’avec le consentement de la contrepartie à la transaction. Si ce consentement n’est pas obtenu, un fonds de couverture ne pourra pas liquider ses obligations et pourrait subir des pertes.

i) Investissements non liquides

Les fonds spéculatifs peuvent réaliser des investissements soumis à des restrictions légales ou autres en matière de transfert ou pour lesquels il n’existe pas de marché liquide, tels que des titres de participation dans des sociétés fermées, et sont soumis aux risques décrits à la section «Instruments financiers liés au capital investissement ou à des actifs illicites et à des actifs réels». immobilier »ci-dessus. En outre, les positions à terme prises par un fonds de couverture peuvent devenir illiquides parce que, par exemple, certaines bourses de valeurs limitent les fluctuations de certains prix de contrats à terme au cours d’une seule journée en vertu de réglementations appelées «limites de fluctuation journalière des prix» ou «limites journalières». dans «Instruments financiers liés à des matières premières et / ou à des contrats à terme sur marchandises» ci-dessus.

j) Risques juridiques et réglementaires

Des modifications juridiques et réglementaires pourraient avoir un effet défavorable sur un fonds de couverture. La réglementation des instruments de placement, tels que les fonds de couverture et de nombreux investissements qu’un gestionnaire de placements est autorisé à effectuer pour le compte d’un fonds de couverture, évolue toujours et est donc susceptible de changer. En outre, de nombreux organismes gouvernementaux, organismes d’autoréglementation et bourses sont autorisés à prendre des mesures extraordinaires en cas d’urgence du marché. L’effet de tout changement juridique ou réglementaire futur sur un hedge fund est imprévisible, mais pourrait être important et défavorable.

k) Vente à découvert

Une vente à découvert implique la vente d’un titre qu’un fonds de couverture ne possède pas dans l’espoir d’acheter le même titre (ou un titre échangeable à ce titre) à une date ultérieure à un prix inférieur. Pour effectuer la livraison à l’acheteur, le fonds de couverture doit emprunter le titre et est obligé de le restituer au prêteur, ce qui se fait par un achat ultérieur du titre. Le fonds de couverture réalise un profit ou une perte à la suite d’une vente à découvert si le prix du titre diminue ou augmente respectivement entre la date de la vente à découvert et la date à laquelle le fonds de couverture couvre sa position à découvert, c’est-à-dire sécurité pour remplacer la sécurité empruntée. Une vente à découvert comporte le risque théoriquement illimité d’augmentation du prix du marché du titre qui donnerait lieu à une perte théoriquement illimitée.

l) Matières premières et contrats à terme

Un fonds de couverture peut investir dans des matières premières et / ou des contrats à terme sur marchandises et est donc soumis, entre autres, aux risques décrits dans la rubrique «Instruments financiers liés aux matières premières et / ou aux contrats à terme sur marchandises» ci-dessus.

m) Compensation des fonds de couverture

Un fonds de couverture fournit généralement une commission de performance ou une allocation, en plus des frais de conseil de base, à son commandité, à son gestionnaire de portefeuille ou à une personne jouant un rôle équivalent. Les frais de performance ou les répartitions pourraient inciter un gestionnaire de placements à choisir des placements sous-jacents plus risqués ou plus spéculatifs qu’il ne le serait autrement.

(n) Paiements «Soft Dollar»

Lorsqu’il sélectionne des courtiers, des banques et des courtiers pour effectuer des transactions pour le compte d’un fonds de couverture, un gestionnaire de portefeuille peut prendre en compte des facteurs tels que le prix, la capacité des courtiers, des banques et / ou des courtiers à effectuer des transactions de manière rapide et fiable, leurs installations, l’efficacité opérationnelle opérations, leur solidité financière, leur intégrité et leur stabilité et la compétitivité des taux de commission par rapport à d’autres courtiers, banques et concessionnaires, ainsi que la qualité, l’exhaustivité et la fréquence des produits ou services fournis ou des dépenses payées par ces courtiers, banques et concessionnaires. Les produits et services peuvent inclure des éléments de recherche utilisés par le gestionnaire de portefeuille pour prendre des décisions en matière de placement; les dépenses ainsi payées peuvent inclure les frais généraux du gestionnaire de portefeuille. De tels avantages «modiques» peuvent amener un gestionnaire de placements à effectuer une transaction avec un courtier, une banque ou un courtier spécifique, même s’il ne présente pas les frais de transaction les plus bas. Un gestionnaire de placements n’est pas tenu (i) d’obtenir les taux de commission de courtage les plus bas ni (ii) de combiner ou d’arranger des ordres afin d’obtenir les taux de commission de courtage les plus bas sur ses activités de courtage. Si un gestionnaire de placements détermine que le montant des commissions facturées par un courtier est raisonnable par rapport à la valeur des produits ou services de courtage et de recherche fournis par ce courtier, il peut exécuter des transactions pour lesquelles les commissions de ce courtier sont supérieures à celles d’un autre courtier. pourrait charger. Ces commissions de courtage peuvent être versées aux courtiers qui effectuent des transactions pour le compte géré correspondant et qui fournissent, paient ou remboursent une partie des commissions de courtage du hedge fund au hedge fund pour le paiement du coût des biens ou des services (tels que les services de recherche). , lignes téléphoniques, équipement d’information et de cotation, installations informatiques et publications) utilisés par le gestionnaire de placements concerné ou ses sociétés affiliées. Un gestionnaire de placements aura la possibilité d’utiliser les «soft dollars» générés par ses activités d’investissement pour payer les biens et services décrits ci-dessus. Le terme «soft dollars» fait référence à la réception par un gestionnaire de placements de biens et de services fournis par des courtiers (ou des courtiers en contrats à terme liés à des opérations à terme) sans aucun paiement en espèces par ce gestionnaire de placements en fonction du volume de revenus générés par les commissions de courtage pour les transactions exécutées pour les clients du gestionnaire de placements. Un gestionnaire de placements examinera le montant et la nature des services de recherche fournis par les courtiers, ainsi que la mesure dans laquelle ces services sont utilisés, et tentera de répartir une partie des activités de courtage du compte géré concerné sur la base de ces services. considérations.

(o) Risques particuliers liés à la négociation de contrats à terme

Les hedge funds peuvent s’engager dans des opérations à terme. Les contrats à terme, contrairement aux contrats à terme, ne sont pas négociés en bourse et ne sont pas standardisés. Les banques et les courtiers agissent en qualité de donneurs d’ordre sur ces marchés, négociant chaque transaction sur une base individuelle. La négociation à terme et «en espèces» est essentiellement non réglementée; il n’y a pas de limite aux mouvements de prix quotidiens et les limites de positions spéculatives ne sont pas applicables Les donneurs d’ordre qui négocient sur les marchés à terme ne sont pas obligés de continuer à créer des marchés dans les devises ou les produits de base qu’ils négocient et ces marchés peuvent connaître des périodes d’illiquidité, parfois d’une durée importante. Il y a eu des périodes au cours desquelles certains participants sur ces marchés ont été incapables de citer les prix de certaines monnaies ou de produits de base ou ont proposé des prix avec un écart inhabituellement élevé entre le prix auquel ils étaient prêts à acheter et celui auquel ils étaient disposés à vendre. . Des perturbations peuvent survenir sur tous les marchés négociés par les hedge funds en raison d’un volume de transactions anormalement élevé, d’une intervention politique ou d’autres facteurs. L’illiquidité ou la perturbation des marchés pourrait entraîner des pertes importantes pour un fonds de couverture.

p) Concentration des investissements

Bien qu’en règle générale, un fonds de couverture visera à investir dans des investissements diversifiés, le gestionnaire de placements d’un fonds de couverture peut investir les actifs de ce fonds dans un nombre limité d’investissements qui peuvent être concentrés dans quelques pays, industries et secteurs de l’économie. et / ou des émetteurs. Par conséquent, bien que les investissements des fonds spéculatifs doivent être diversifiés, l’impact négatif sur la valeur du fonds spéculatif concerné de mouvements défavorables dans un pays, une économie ou un secteur donné, ou de la valeur des titres d’un émetteur particulier pourrait être considérablement plus important. que si un tel fonds spéculatif n’était pas autorisé à concentrer ses investissements dans une telle mesure.

q) Chiffre d’affaires

Les fonds spéculatifs peuvent investir en fonction de certaines considérations de marché à court terme. En conséquence, le taux de rotation des fonds spéculatifs devrait être important, entraînant potentiellement des commissions de courtage, des frais et d’autres coûts de transaction substantiels.

(r) erreur opérationnelle et humaine

Le succès d’un hedge fund dépend en partie du calcul précis des relations de prix par le gestionnaire de placements concerné, de la communication d’instructions de trading précises et d’évaluations de position en cours. En outre, les stratégies d’un gestionnaire de placements peuvent nécessiter une gestion active et continue des durées et d’autres variables, ainsi que des ajustements dynamiques des positions d’un fonds de couverture. Il est possible que des erreurs humaines, une supervision ou des faiblesses opérationnelles fassent apparaître des erreurs dans ce processus, entraînant des pertes de négociation significatives et un effet défavorable sur la valeur liquidative du hedge fund concerné.

s) Fiabilité des évaluations

Les fonds de couverture sont évalués conformément à l’instrument des fonds de couverture régissant ces évaluations. Les instruments constitutifs des fonds spéculatifs prévoient généralement que toute valeur ou investissement illiquide, non négocié en bourse ou sur un marché établi, ou pour lequel aucune valeur ne peut être déterminée facilement, se voit attribuer la juste valeur que le gestionnaire de portefeuille peut déterminer son jugement basé sur divers facteurs. Ces facteurs incluent, sans toutefois s’y limiter, les devis globaux des concessionnaires ou les évaluations indépendantes. Ces évaluations peuvent ne pas être indicatives de ce que la juste valeur marchande réelle serait sur un marché actif, liquide ou établi.

t) Stratégies d’investissement

Les hedge funds constituent une classe d’actifs relativement hétérogène dans laquelle les gestionnaires de placements peuvent déterminer leurs stratégies à leur seule discrétion. En conséquence, il n’existe pas de définition communément acceptée des stratégies utilisées par les hedge funds. Il peut même être impossible d’associer certains hedge funds à une seule définition spécifique d’une stratégie. En outre, il est possible de procéder à des classifications à différents niveaux: toute stratégie générale comprend diverses sous-stratégies qui peuvent être très différentes les unes des autres.

Les instruments financiers peuvent être liés à des contrats à terme ou à des options ou être liés à des contrats bilatéraux ou «hors cote» pour lesquels il n’existe aucun marché.

Instruments financiers liés à ou qui sont des contrats à terme

Les transactions sur contrats à terme impliquent l’obligation de livrer ou de prendre livraison de l’actif sous-jacent du contrat à une date ultérieure, ou dans certains cas, de régler la position en espèces. Ils comportent un degré de risque élevé. Le « levier » ou « effet de levier » souvent obtenu dans les opérations à terme signifie qu’un petit mouvement peut entraîner un mouvement beaucoup plus important de la valeur de l’investissement, ce qui peut être préjudiciable pour l’investisseur. Les transactions à terme comportent un passif éventuel et les investisseurs doivent être conscients de ses implications, en particulier des éventuelles exigences de marge.

Les transactions marginales exigent que l’acheteur effectue une série de paiements en contrepartie du prix d’achat, au lieu de payer immédiatement le prix d’achat total. Si un investisseur négocie des contrats pour des différences ou des options de vente, il peut subir une perte totale de la marge qu’il a déposée pour établir ou maintenir une position. Si le marché évolue à l’encontre d’un investisseur, celui-ci peut être amené à verser une marge supplémentaire substantielle à court terme afin de maintenir sa position. Si elle ne le fait pas dans le délai requis, sa position peut être liquidée à perte et elle sera responsable du déficit qui en résulte. Même si une transaction ne fait pas l’objet d’une marge, elle peut néanmoins être tenue d’effectuer des paiements supplémentaires dans certaines circonstances, en sus du montant versé lors de la conclusion du contrat.

Instruments financiers liés à ou qui sont des options

Les instruments financiers peuvent être associés à des options présentant des caractéristiques différentes, sous réserve des conditions suivantes.

Options d’achat:
L’achat d’options implique moins de risque que la vente d’options car, si le prix de l’actif sous-jacent se déplace contre l’investisseur, il peut tout simplement permettre à l’option de devenir caduque. La perte maximale est limitée à la prime, plus les frais de commission et autres frais de transaction.

Options d’écriture:
Si un investisseur écrit une option, le risque est beaucoup plus grand que les options d’achat. La société peut être tenue responsable de maintenir sa position et une perte peut être supportée bien au-delà de la prime reçue. En souscrivant une option, l’investisseur accepte l’obligation légale d’acheter ou de vendre le sous-jacent si l’option est exercée à son encontre, quelle que soit la mesure dans laquelle le prix du marché s’est écarté du prix d’exercice. Si l’investisseur détient déjà le sous-jacent pour lequel il s’est engagé à vendre (lorsque l’option sera appelée «option d’achat couverte»), le risque est réduit. S’il ne possède pas le sous-jacent (une «option d’achat non couverte»), le risque peut être illimité. Seules des personnes expérimentées devraient envisager de souscrire des options non couvertes, et seulement après avoir obtenu tous les détails sur les conditions applicables et sur l’exposition potentielle aux risques.

Instruments financiers liés ou qui sont des contrats de différences

Les contrats à terme et les options peuvent également être qualifiés de contrats de différences. Il peut s’agir d’options et de contrats à terme standardisés sur tout indice, ainsi que de swaps de devises et de taux d’intérêt. Cependant, contrairement aux autres contrats à terme et options, ces contrats ne peuvent être réglés qu’en espèces. L’investissement dans un contrat de différences comporte les mêmes risques que l’investissement dans un futur ou une option et vous devez en être conscient, comme indiqué ci-dessus.

Instruments financiers liés ou qui sont des transactions hors cote de dérivés

Bien que certains marchés hors bourse soient très liquides, les transactions sur des dérivés «off-exchange» ou «non transférables» peuvent comporter un risque plus grand que celles consistant à investir dans des dérivés en bourse car il n’existe pas de marché des changes sur lequel fermer une position ouverte. Il peut être impossible de liquider une position existante, d’évaluer la valeur de la position découlant d’une transaction hors bourse ou d’évaluer l’exposition au risque. Les prix des offres et les prix d’offre ne doivent pas nécessairement être indiqués, et même là où ils le sont, ils seront établis par les courtiers en ces instruments et par conséquent, il peut être difficile de déterminer ce qu’est un prix juste.

D. Factorisme du marché

  1. Facteurs du marché
    1.1 Évaluation d’un sous-jacent
    Un investissement dans un instrument financier comporte un risque en ce qui concerne la valeur du sous-jacent concerné ou des composants du panier constituant le sous-jacent concerné. La valeur des éléments constitutifs du sous-jacent ou du panier concerné peut varier avec le temps et peut augmenter ou diminuer en fonction de nombreux facteurs, notamment les opérations sur titres, les facteurs macroéconomiques et la spéculation. Un investissement dans un instrument financier comporte un risque en ce qui concerne la valeur de l’instrument concerné. Composants sous-jacents ou du panier constituant le sous-jacent concerné. La valeur des composants du sous-jacent ou du panier concernés peut varier avec le temps et peut augmenter ou diminuer en fonction de nombreux facteurs, notamment les opérations sur titres, les facteurs macroéconomiques et la spéculation.

    1.2 La performance historique des composants sous-jacent ou du panier n’est pas une indication de la performance future
    La valeur historique (le cas échéant) des composants sous-jacents pertinents ou du panier constituant le sous-jacent pertinent n’indique pas sa performance future. Les variations de la valeur du sous-jacent concerné ou d’un ou de plusieurs des composants du panier concernés, selon le cas, auront une incidence sur le cours des instruments financiers concernés.

    1.3 La base de calcul du niveau du sous-jacent ou de l’un des composants du panier peut changer au fil du temps
    La base de calcul du niveau du sous-jacent concerné ou de l’un des composants du panier peut de temps à autre être sujette à modification (comme décrit dans les documents d’offre concernant l’émission des Instruments financiers pertinents), ce qui peut affecter la valeur de marché des instruments financiers concernés. Instruments à tout moment et donc toute somme payable ou livrable lors du règlement.

    1.4 La valeur d’un sous-jacent ou de l’un des composants du panier affectera la valeur des instruments financiers concernés
    La valeur du sous-jacent concerné affectera la valeur des instruments financiers pertinents. Lorsque le sous-jacent concerné est un panier, la valeur de ce sous-jacent quel que soit le jour reflétera la valeur des composants du panier correspondants ce jour-là. Les modifications de la composition du sous-jacent et des facteurs (y compris ceux décrits dans les présentes) qui affectent ou pourraient influer sur la valeur du sous-jacent pertinent ou de tout élément constitutif du panier concerné affecteront la valeur des Instruments financiers pertinents. Lorsque la valeur du sous-jacent ou de l’un des composants du panier est déterminée dans une devise différente de la devise de règlement des instruments financiers concernés, les investisseurs peuvent être exposés au risque de change.

    1.5 Risque de change
    Les investisseurs potentiels doivent être conscients qu’un investissement dans des instruments financiers peut comporter des risques de change. Par exemple, la devise de règlement des instruments financiers concernés peut être différente de la devise du pays d’origine de l’investisseur ou de la devise dans laquelle un investisseur souhaite recevoir des fonds.Les taux de change entre les devises sont déterminés par des facteurs d’offre et de demande en devise internationale. marchés influencés par des facteurs macroéconomiques, la spéculation, l’intervention de la banque centrale et des pouvoirs publics ou d’autres facteurs politiques (y compris l’imposition de contrôles et de restrictions monétaires). Les fluctuations des taux de change peuvent avoir une incidence sur la valeur des instruments financiers et sur tout montant dû au titre des instruments financiers.

    1.6 Risque de taux d’intérêt
    Un investissement dans des instruments financiers peut impliquer un risque de taux d’intérêt lorsque les taux d’intérêt à payer sur les dépôts dans la devise de règlement des instruments financiers concernés fluctuent. Cela pourrait influer sur la valeur marchande de ces instruments financiers. Les taux d’intérêt sont déterminés par les facteurs d’offre et de demande sur les marchés monétaires internationaux, qui sont influencés par des facteurs macroéconomiques, la spéculation, l’intervention de la banque centrale et des pouvoirs publics ou d’autres facteurs politiques. Les fluctuations des taux d’intérêt à court terme et / ou à long terme peuvent affecter la valeur des instruments financiers. Lorsqu’un sous-jacent ou un panier est un titre à revenu fixe, la valeur des instruments financiers relatifs à ce sous-jacent ou à ce panier devrait être particulièrement affectée par les fluctuations des taux d’intérêt.

  1. Valeur marchande
    La valeur de marché des instruments financiers pendant leur durée dépend principalement de la valeur et de la volatilité des composants du sous-jacent ou du panier concernés et du niveau des taux d’intérêt pour les instruments d’échéance comparable.Le niveau de volatilité du marché ne consiste pas uniquement en une mesure de la volatilité réelle, mais est en grande partie déterminée par les prix des instruments offrant aux investisseurs une protection contre cette volatilité du marché. Les prix de ces instruments sont déterminés par les forces de l’offre et de la demande sur les marchés des options et des produits dérivés en général. Ces forces sont elles-mêmes affectées par des facteurs tels que la volatilité réelle du marché, la volatilité attendue, des facteurs macroéconomiques et la spéculation. Les variations du taux d’intérêt ont généralement le même impact sur la valeur des instruments financiers que pour les titres de créance à taux fixe. La hausse des taux d’intérêt entraînera normalement, dans des conditions normales, une baisse plus faible des taux d’intérêt et une valeur plus élevée des instruments financiers pertinents.Si les instruments financiers sont protégés du capital, la valeur de ces instruments financiers pendant leur durée ne sera normalement pas inférieure à la valeur normale. la valeur d’une obligation zéro coupon à échéance comparable.
  1. Certaines considérations de couverture
    Certains risques s’appliquent aux acheteurs qui acquièrent des instruments financiers à des fins de couverture.Les acheteurs éventuels qui envisagent d’acheter des instruments financiers dans le but de couvrir leur exposition à un sous-jacent ou à un élément du panier devraient prendre en compte les risques liés à une utilisation des instruments financiers. Aucune assurance n’est ou ne peut être donnée que la valeur des instruments financiers sera en corrélation avec les fluctuations de la valeur d’un sous-jacent ou de l’un des composants du panier, et la composition du sous-jacent ou de l’un des composants du panier concernés pourra évoluer dans le temps. En outre, il peut ne pas être possible de liquider les instruments financiers à un prix qui reflète directement la valeur des sous-jacents concernés ou de tout élément constitutif du panier concerné. Par conséquent, rien ne garantit que le niveau de corrélation existant entre le rendement d’un investissement dans une émission d’instruments financiers et celui d’un investissement direct dans le sous-jacent concerné ou dans l’ensemble des éléments constitutifs du panier.Les opérations de couverture visant à les risques associés aux instruments financiers pourraient ne pas aboutir.
  1. Instruments financiers peut-être illiquides
    Les instruments financiers qui sont des contrats bilatéraux ou des «contrats de gré à gré sur mesure» peuvent ne pas avoir de marché secondaire. Par conséquent, ils peuvent ne pas être négociables. Il est impossible de prédire si et dans quelle mesure un marché secondaire peut se développer pour des instruments financiers ou à quel moment. Prix ​​Les instruments financiers se négocieront sur le marché secondaire ou si ce marché sera liquide ou non liquide. Une demande peut être faite pour lister, citer ou admettre à la négociation d’instruments financiers sur une bourse ou un système de cotation comme indiqué dans les documents d’offre portant sur une émission d’instruments financiers. Si une émission d’instruments financiers est ainsi cotée ou cotée ou admise à la négociation, PSS ne donne aucune assurance qu’une telle cotation, cote ou admission à la négociation sera maintenue. Le fait que des instruments financiers puissent être ainsi cotés ou cotés ou admis à la négociation n’entraîne pas nécessairement une plus grande liquidité que s’ils n’étaient pas ainsi cotés ou admis à la négociation.Si les instruments financiers ne sont ni cotés ni admis à la négociation, système de cotation ou de bourse, il peut être plus difficile d’obtenir des informations sur les prix de ces instruments financiers et leur liquidité peut en souffrir. La liquidité des instruments financiers peut également être affectée par les restrictions sur les offres et les ventes d’instruments financiers dans certaines juridictions.PSS peut, mais n’est pas obligé de, acheter à tout moment des instruments financiers à tout prix sur le marché libre ou par appel d’offres ou accord privé. . Tous les instruments financiers ainsi achetés peuvent être détenus, revendus ou cédés pour annulation. Étant donné que PSS peut être le seul teneur de marché des instruments financiers concernés, le marché secondaire peut être limité. Plus le marché secondaire est limité, plus il peut être difficile pour les détenteurs de tels instruments financiers de valoriser ces instruments financiers avant le règlement de ces instruments financiers. En ce qui concerne PSS agissant en tant que teneur de marché, voir «6. Market Making for Financial Instruments »dans« E. Conflits d’intérêts »ci-dessous.

E. Conflits d’intérêts

  1. Transactions impliquant un sous-jacent
    PSS et / ou ses sociétés affiliées peuvent à l’occasion se livrer à des transactions impliquant un actif constituant un sous-jacent pour ses / ses comptes propriétaires et / ou pour les comptes sous sa / leur gestion. De telles transactions peuvent avoir un effet positif ou négatif sur la valeur du sous-jacent concerné et, par conséquent, sur la valeur des instruments financiers concernés. Tel qu’utilisé dans la présente section «Conflits d’intérêts», les références à un sous-jacent sont réputées inclure l’un de ses constituants, le cas échéant.
  1. Agir dans d’autres capacités
    PSS et / ou ses sociétés affiliées peuvent de temps à autre assumer d’autres fonctions en ce qui concerne les instruments financiers, telles que l’agent de calcul, l’agent et / ou le sponsor de l’indice. De telles fonctions peuvent permettre à PSS de déterminer la composition d’un sous-jacent ou d’en calculer la valeur, ce qui pourrait donner lieu à des conflits d’intérêts lorsque des titres ou d’autres actifs émis par PSS et / ou l’une de ses filiales peuvent être choisis pour faire partie des sous-jacents pertinents. ou si PSS entretient une relation commerciale avec l’émetteur de ces titres ou actifs.
  1. Emission d’autres instruments dérivés à l’égard d’un sous-jacent
    PSS et / ou ses sociétés affiliées peuvent émettre d’autres instruments dérivés à l’égard d’un sous-jacent et l’introduction de tels produits concurrents sur le marché peut avoir une incidence sur la valeur d’autres instruments financiers liés au même sous-jacent.
  1. Opérations de couverture
    PSS peut utiliser tout ou partie du produit de la vente d’instruments financiers pour conclure des opérations de couverture. PSS estime que ces opérations de couverture n’auront généralement pas d’incidence importante sur la valeur des instruments financiers concernés. Toutefois, rien ne garantit que les activités de couverture de PSS n’affecteront pas cette valeur. La valeur des instruments financiers peut en particulier être affectée par la liquidation de tout ou partie des positions de couverture concernées (a) à peu près au moment de l’échéance ou de l’expiration de ces instruments financiers ou (b), si ces instruments financiers fournissent pour un knock-out, un knock-in ou une fonctionnalité similaire, au moment où le prix ou la valeur du sous-jacent correspondant se rapproche du prix ou du niveau pertinent pour la fonctionnalité de knock-out, knock-in ou autre.
  1. Prix ​​d’émission
    Le prix d’émission facturé pour les instruments financiers peut comprendre, outre les frais de chargement, de gestion ou autres, une prime sur la valeur mathématique initiale («juste») des instruments financiers concernés, qui n’est pas visible des investisseurs. Cette prime est déterminée par PSS à son gré et peut différer des primes facturées par d’autres émetteurs pour des titres comparables.
  1. Market Making pour les instruments financiers
    PSS, ou un mandataire en son nom, peut agir en qualité de teneur de marché pour les instruments financiers. Dans ce type d’établissement de marché, PSS ou son agent déterminera dans une large mesure le prix des instruments financiers concernés. Les prix cotés par ce teneur de marché ne correspondent généralement pas à ceux qui auraient prévalu sans cette tenue de marché et sur un marché liquide.Les circonstances prises en compte par le teneur de marché lors de la fixation des prix cotés offre dans le marché secondaire comprennent notamment la juste valeur des instruments financiers, qui dépend notamment de la valeur du sous-jacent concerné, ainsi que d’un écart de certaines offres d’achat ciblé par le teneur de marché. En outre, le teneur de marché prend régulièrement en compte les frais de chargement initialement perçus pour les instruments financiers concernés, ainsi que les éventuels frais ou coûts qui, à leur échéance, doivent être soustraits de tout montant à payer ou à livrer (y compris les frais de gestion, de transaction ou autres). autres commissions facturées sur la base des conditions relatives aux instruments financiers pertinents). En outre, les prix cotés sur le marché secondaire seront influencés, par exemple, par une prime sur la valeur initiale des titres concernés contenue dans leur prix d’émission (voir le paragraphe 5 ci-dessus) et, le cas échéant, par les dividendes payés ou reçus par le produit sous-jacent ou autre produit pertinent qui, du fait de la structure des titres concernée, est économiquement imputable à PSS.L’écart d’offre / offre pour les instruments financiers sera fixé par le teneur de marché en fonction de l’offre et de la demande des instruments financiers concernés et de certaines Considérations relatives aux revenus.Certains coûts, comme par exemple les frais de gestion facturés sur la base des conditions des instruments financiers concernés, ne sont souvent pas déduits des prix cotés de manière uniforme sur la durée des instruments financiers concernés, toutefois, ils sont soustraits intégralement de la juste valeur des instruments financiers pertinents plus tôt, comme déterminé par le teneur de marché à son gré. Il en va de même pour la prime contenue dans le prix d’émission et, le cas échéant, pour les dividendes et autres produits du sous-jacent concerné, imputables économiquement à PSS, ne sont souvent pas soustraits lorsque le sous-jacent concerné, ou ses composants, sont négociés «ex dividende». ”, Mais qui sont soustraits à un stade précoce de la durée des instruments financiers concernés sur la base des dividendes attendus pour la totalité de la durée ou sur une certaine période. Le taux auquel et lorsque ces coûts sont soustraits dépend notamment du retour net d’instruments financiers au teneur de marché. Par la suite, les prix cotés par le teneur de marché peuvent différer de manière substantielle de la juste valeur des instruments financiers concernés. Instruments, ou la valeur à attendre économiquement sur la base des facteurs mentionnés ci-dessus, au moment pertinent. En outre, le teneur de marché peut à tout moment modifier la méthode utilisée pour fixer les prix cotés, par exemple en augmentant ou en diminuant l’écart acheteur-acheteur. Deutsche Bank, ou un mandataire en son nom, peut agir en tant que mainteneur de marché pour les instruments financiers. . Dans ce type d’établissement de marché, Deutsche Bank ou son agent déterminera, dans une large mesure, le prix des instruments financiers concernés. Les prix cotés par ce teneur de marché ne correspondent généralement pas à ceux qui auraient prévalu sans cette tenue de marché et sur un marché liquide.Les circonstances prises en compte par le teneur de marché lors de la fixation des prix cotés offre dans le marché secondaire comprennent notamment la juste valeur des instruments financiers, qui dépend notamment de la valeur du sous-jacent concerné, ainsi que d’un écart de certaines offres d’achat ciblé par le teneur de marché. En outre, le teneur de marché prend régulièrement en compte les frais de chargement initialement perçus pour les instruments financiers concernés, ainsi que les éventuels frais ou coûts qui, à leur échéance, doivent être soustraits de tout montant à payer ou à livrer (y compris les frais de gestion, de transaction ou autres). autres commissions facturées sur la base des conditions relatives aux instruments financiers pertinents). En outre, les prix cotés sur le marché secondaire seront influencés, par exemple, par une prime sur la valeur initiale des titres concernés contenue dans leur prix d’émission (voir le paragraphe 5 ci-dessus) et, le cas échéant, par les dividendes payés ou reçus par le produit sous-jacent ou autre produit pertinent qui, du fait de la structure des titres concernée, est économiquement imputable à Deutsche Bank.Le spread acheteur-acheteur pour les instruments financiers sera déterminé par le teneur de marché en fonction de l’offre et de la demande des instruments financiers certaines charges liées aux revenus.Certains coûts, comme par exemple les frais de gestion facturés sur la base des conditions générales des instruments financiers concernés, ne sont souvent pas déduits des prix cotés de manière constante sur la durée des instruments financiers concernés. , mais sont intégralement soustraits de la juste valeur des instruments financiers concernés plus tôt, déterminée par le teneur de marché dans son cretion. Il en va de même pour une prime contenue dans le prix d’émission et, le cas échéant, pour les dividendes et autres produits du sous-jacent concerné, imputables économiquement à Deutsche Bank, ne sont souvent pas soustraits lorsque le sous-jacent concerné, ou ses constituants, sont négociés en bourse «ex dividende », mais qui sont soustraits à un stade précoce de la durée des instruments financiers concernés sur la base des dividendes attendus pour toute la durée ou une certaine période. Le taux auquel et lorsque ces coûts sont soustraits dépend notamment du retour net d’instruments financiers au teneur de marché. Par la suite, les prix cotés par le teneur de marché peuvent différer de manière substantielle de la juste valeur des instruments financiers concernés. Instruments, ou la valeur à attendre économiquement sur la base des facteurs mentionnés ci-dessus, au moment pertinent. En outre, le teneur de marché peut à tout moment modifier la méthode utilisée pour fixer les prix cotés, par exemple en augmentant ou en diminuant l’écart entre l’offre et la soumission.
  1. Market Making pour un sous-jacent
    PSS et / ou ses sociétés affiliées peuvent également agir en tant que souscripteurs dans le cadre des offres futures d’un sous-jacent ou peuvent également agir en tant que conseiller financier auprès de l’émetteur d’un sous-jacent ou dans le cadre de fonctions commerciales pour l’émetteur d’un sous-jacent. Ces activités peuvent présenter certains conflits d’intérêts et avoir une incidence sur la valeur des instruments financiers liés à ce sous-jacent. Deutsche Bank et / ou les membres de son groupe peuvent également agir en tant que preneur ferme en rapport avec les offres futures d’un sous-jacent ou en tant que conseiller financier auprès de l’émetteur. d’une capacité bancaire commerciale pour l’émetteur d’un sous-jacent. De telles activités peuvent présenter certains conflits d’intérêts et peuvent affecter la valeur des Instruments financiers liés à ces Sous-jacents.
  1. Agissant en tant que preneur ferme ou autre pour le compte de l’émetteur d’un sous-jacent
    PSS et / ou ses sociétés affiliées peuvent également agir en tant que souscripteurs dans le cadre des offres futures d’un sous-jacent ou peuvent également agir en tant que conseiller financier auprès de l’émetteur d’un sous-jacent ou dans le cadre de fonctions commerciales pour l’émetteur d’un sous-jacent. De telles activités peuvent présenter certains conflits d’intérêts et peuvent affecter la valeur des Instruments financiers liés à ces Sous-jacents.
  1. Obtention d’informations non publiques
    PSS et / ou ses sociétés affiliées peuvent acquérir des informations non publiques sur un sous-jacent, et ni PSS ni aucune de ses sociétés affiliées ne s’engage à divulguer ces informations à tout détenteur d’instruments financiers. En outre, un ou plusieurs membres du groupe de PSS peuvent publier des rapports de recherche sur les sous-jacents. De telles activités peuvent présenter des conflits d’intérêts et affecter la valeur des instruments financiers.
  1. Stabilisation
    Le prix de certains instruments financiers peut être influencé par les mesures prises pour stabiliser le prix de ces instruments financiers. La stabilisation permet de maintenir artificiellement le prix du marché d’un titre pendant la période au cours de laquelle une nouvelle émission de titres est vendue au public. La stabilisation peut affecter non seulement le prix de la nouvelle émission, mais également le prix des autres titres la concernant. Les régulateurs locaux peuvent autoriser la stabilisation pour aider à contrer le fait que, lorsqu’une nouvelle émission arrive sur le marché pour la première fois, le prix peut parfois chuter pendant un certain temps avant que les acheteurs ne soient trouvés.